A la une du blog (M Maeterlinck)

La planète des insectes

Posté le 12 Octobre 2014
Tags : insectes, entomologie, Juvisy, Claude Nuridsany et Marie Pérennou, JH Fabre, M Maeterlinck



Comme l’an passé, je suis allé flâner fin septembre à la foire aux insectes internationale de Juvisy.

Qui diable peut donc bien fréquenter ce genre de manifestation ? Une foire aux insectes ! Internationale qui plus est. Peut être des cohortes de petits monstres qui brulent de rapporter chez eux des vers à soie ou, plus exotique, une grosse larve de Megasoma et, plus horrifique encore, une tarentule (énorme et vivante, ça va de soi). Et une foule d’amateurs, de collectionneurs de tous poils, de chasseurs paranoïaques, d’entomologistes distingués ou non, de naturalistes rêvant, comme le héros de Kobo Abe, d’accoler leur nom derrière la description d’une nouvelle espèce.

Les insectes sont en effets les champions, de l’adaptation certes, mais surtout de la diversité, au point qu’un nombre gigantesque d’espèces n’ont jamais été décrites, et disparaitront peut être dans les désastres écologiques qui menacent les grandes forêts primaires (celle de Bornéo n’est déjà plus qu’un triste souvenir, dont n’ont réchappé qu'une poignée d’Orang-outangs).

En France seulement, il y aurait plus de 30 000 espèces d’insectes, dont plus de 10 000 de coléoptères. Dans le monde, trois animaux sur quatre sont des insectes et on ne sait pas bien si la terre en abrite 4, 10 ou 100 millions d’espèces. Un quart sont des coléoptères.

Leur diversité morphologique est effarante, qui va du scarabée sacré des égyptiens, au Papilio antimachus, en passant par les ornithoptères de Nouvelle Guinée, les charançons, les ichneumons, les mantes, les capricornes, les buprestes, sans oublier les milliards d’insectes sociaux comme les fourmis dont la biomasse est égale ou supérieure à celle des humains.

Leur adaptabilité est extrême, et n’a rien à envier à celle des hommes (pourtant spécialistes de la non spécialisation). Sans parler de leurs métamorphoses, leurs mœurs sont fascinantes. Ils sont prédateurs, bousiers, herbivores, cultivateurs de champignons, éleveurs de pucerons, légionnaires, parasites, fabricants de miel, bâtisseurs de cathédrales, capables de parthénogenèse, de migrations intercontinentales, et de s’abattre par décret divin sur la terre des pharaons.

Ils nous ont précédés et nous survivront peut - être, si nous ne saccageons pas la planète avant ça.

Partager
Commentaires
Liens