A la une du blog (José Arcadio Buendia)

Cent ans de solitude

Posté le 14 Avril 2014
Tags : Cent ans de solitude, Gabriel Garcia Marquez, Amérique du Sud, littérature, José Arcadio Buendia, Aureliano



Voilà, c'est décidé : je relis cent ans de solitude.

C'est la quatrième fois. La première, j'avais 18 ans, et c'est un ami espagnol qui me l'avait passé : "tiens, lis ça, ça va te plaire". Alors débuta une longue histoire d'amour avec le monde pittoresque, foisonnant et onirique de Gabriel Garcia Marquez, son vocabulaire hypnotique, ses phrases interminables, ses personnages mythiques comme la jeune fille changée en araignée parce qu'elle avait désobéi à ses parents, ou Esteban, le noyé le plus beau du monde ou encore, le général dans son labyrinthe.

Mais de tous ses romans, imbriqués les uns dans les autres comme des poupées russes, de "la terrible et triste histoire de la candide Erendira et de sa grand mère diabolique" à "chronique d'une mort annoncée" en passant par "l'amour au temps du choléra" ou "l'automne du patriarche", c'est à "cent ans de solitude" que je reviendrai longtemps encore.

Et cette fois, je le fais : j'ai à côté de moi une feuille et un crayon, et je commence la généalogie tortueuse et désespérante des deux lignées issues de José Arcadio Buendia et Ursula Iguaran, celles des José Arcadio primitifs, gigantesques et tonitruants (GGM nous dit de José Arcadio que "ses vents faisaient se faner les fleurs") et des Aureliano, solitaires, introvertis, atrabiliaires et nostalgiques... Des filiations si complexes et tournoyantes, autour de la figure centrale, mythique elle aussi, de Pilar Ternera, dont les phéromones affolèrent suffisamment chacun des deux frères pour qu'ils engendrent successivement l'un et l'autre avec elle, dans la chaleur moite et ensorcelante de Macondo, que j'avais jusqu'à présent, au cours des années, toujours renoncé à bâtir cet indispensable viatique auquel, je l'espère, mon abnégation vous donnera bientôt un accès aussi rare que bénévole.
Partager
Commentaires
Liens