“Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges.” (Friedrich Nietzsche)

Posté le 27 Octobre 2016
Tags : Zweig, Erasme, Castellion, Réforme, Renaissance, Histoire, biographie, litterature, fanatisme



Stephan Zweig s’endormit aux côtés de sa femme Lotte le 22 février 1942, à Petrópolis au Brésil où il s’était réfugié en 1936. Consterné par le saccage de sa culture germanique et par le suicide de l’Europe, il avait préféré quitter ce monde par la grâce des barbituriques plutôt que d’assister impuissant au désastre.

Il rédigea Érasme en 1934 et Conscience contre violence en 1936.

Ces deux biographies prémonitoires du choix qu’il fera en 1942 sont, hélas, plus que jamais d’actualité. Elles dénoncent la tyrannie du fanatisme. Erasme parle autant du grand humaniste de Rotterdam, à l’équanimité duquel Zweig adhérait viscéralement, que de son antithèse, le sanguin et despotique Martin Luther. De même, Conscience contre violence narre le combat de Castellion contre le machiavélique Calvin.

Ces deux livres écrits pendant la montée du nazisme, disent le crime contre la liberté que représente le fanatisme, le silence des masses devant l’injustice et le sacrifice de ceux qui dénoncent l’insupportable, précurseurs des lanceurs d’alerte d’aujourd’hui. Ils sont une vraie méditation sur la nature de la vérité, le courage et la fidélité à soi même.

A lire de toute urgence...
Partager
Commentaires
Balises de mise en forme :


Réagir à l'article    Nom
   Adresse email (facultatif)



Protection anti-robots
Afin d'éviter le spam, prouvez que vous êtes bien humain en répondant à la question suivante :

La Terre tourne autour du
Liens