Art

Maris et femmes

Posté le 01 Juin 2016
Tags : Théâtre, cinéma, Woody Allen, comédie, psychanalyse

Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille réelle


Du grand Woody,
et selon vos préférences, au théâtre ou au cinéma,
ou les deux, après tout...

De la comédie, du Jazz, encore de la comédie, toujours de la comédie, et une pincée de nostalgie avec une pointe d'acidité - juste assez pour échapper à la complaisance douceâtre.

L'humour Allenien, aigu, distancié, bienveillant, teinté de psychanalyse narquoise : la vie n'a aucun sens, mais vaut la peine d'être vécue.

On se régale.

Plus vrai que vrai ou Faux-Semblants ?

Posté le 21 Septembre 2013
Tags : Ron Mueck, sculpture, Paris, psychanalyse, Dali, Faux semblants

Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille réelle


Plus aucune excuse pour rater l'expo Ron Mueck à la Fondation Cartier : elle est prolongée
jusqu'au 27 octobre ! Prévoyez un billet coupe - file, la queue s'étirait sur 100 mètres aujourd'hui.

De loin, tout à l'air calme et serein : le jeune couple qui se tient côte à côte, le vieux couple qui lézarde sous un parasol, l'ado afro-américain qui soulève sont tee-shirt, l'homme bronzé qui dérive sous le soleil exactement, montre de luxe au poignet, étendu sur un matelas pneumatique, jusqu'au poulet accroché qui attend lui aussi de rôtir.

Comme souvent, à y regarder de plus près (mais pas trop quand même : les œuvres du maitre, qu'on n'est d'ailleurs pas sensé pouvoir photographier - alors que la toile déborde de photos de face, de profil, de gros plans, quand on tape "Ron Mueck" sur google - sont entourées d'un périmètre de sécurité, tout à fait symbolique, ne serait-ce les cerbères qui gardent cette succursale de l'Hadès.

à y regarder de plus près, donc, un imperceptible (et progressif) glissement s'opère, un indicible malaise s'installe, une émotion presque malsaine vous envahit.

La façon dont le couple se tient par le bras, lorsqu'on l'observe de dos, n'est pas vraiment apaisante, le couple sur la plage est démesurément avachi, la carnation livide, couperosée, parcourue d'un lacis veineux, de rides et de plis évoque irrésistiblement la vraie vie, celle, loin des standards hollywoodiens ou des magazines de charme, qui est vouée à se faner et à se corrompre.

On s'aperçoit alors que le matelas pneumatique dressé fait de l'homme étendu un crucifié, que précisément l'ado afro-américain dévoile la plaie du flanc droit infligée par la lance sur le Golgotha, et que les pattes du poulet, immense, qui nous surplombe, évoquent les mains d'un supplicié.

Un film de 52 minutes montre l'artiste dans son atelier, non sans quelques clins d'œil, comme un membre qui sort d'une poubelle ou le ratage d'un œil qui se transforme en œuf à la coque.

On l'a compris, ces fantastiques sculptures hyperréalistes qui jouent sur les plus fins détails et sur les anomalies d'échelle (géantes ou réduites), interpellent bien davantage encore qu'elles n'impressionnent. La psychanalyse rode.

En sortant, pour vous détendre, mais rester dans une éclectique ambiance artistique, allez déguster les produits du terroir et le Beaumes de Venise de "la mère agitée" (l'antidote du "père tranquille"), c'est juste à côté, un endroit que n'aurait pas désavoué Théodore Sturgeon.




Liens